Maroc - L'artisanat slaoui, un réservoir de savoir-faire en quête de sophistication.

Avec une cinquantaine de métiers d'artisanat et une communauté de plus de 47.000 professionnels, la ville de Salé demeure un réservoir indéniable du savoir-faire artisanal, aujourd'hui en quête de sophistication des procédés commerciaux et d'adaptation aux marchés.

Comme pour répondre aux nouveaux défis, la ville de Salé a eu cette chance de se doter d'un centre de référence en matière de formation et de qualification en artisanat, le deuxième du genre après celui de Fès, pôle national du secteur.

D'ores et déjà, les artisans de la ville auront accès à des cycles de formation et de qualification professionnelle adaptée à la réalité économique et sociale de l'activité artisanale. Ils seront donc plus au fait des aspects de la gestion, des modes et des voies de commercialisation et des marchés cibles. L'ambition est d'assurer aux bénéficiaires un accompagnement à même de les projeter de plain-pied dans le monde du travail et leur permettre de prendre en main la création de leurs propres projets.

D'un investissement de 13 millions de DH, le centre fait partie d'un programme mis en œuvre, sur Hautes instructions royales, par la Fondation Mohammed V pour la solidarité, portant sur la réalisation de quatre centres de référence pour la qualification professionnelle des jeunes aux métiers d'artisanat.

Le nouvel établissement, réalisé sur un terrain de 4.875 m² sur l'avenue Mohammed VI, dispose d'ateliers de poterie, de zellige traditionnel, de tapisserie, de tapis, de couture traditionnelle, de ferronnerie d'art et de vannerie, ainsi que trois salles de cours, un espace de promotion des produits et d'innovation, un espace emploi et microcrédit, un espace d'aide à l'insertion et à la création d'entreprise, une salle polyvalente, une bibliothèque, une salle informatique et des bureaux.

Le secteur compte, à l'échelle de la ville, une grande variété de produits couvrant presque tous les créneaux qui font la renommée du royaume : tapis, couture et broderie, tissage et tapisseries, poterie, ferronnerie, zellige, vannerie.

Selon la Chambre d'artisanat de Salé, le tapis représente le principal secteur de production et d'emploi avec plus 60% de la production totale de la région Rabat-Salé-Zemmour-Zaërs. Cette activité comporte deux types d'unités de production : des unités principales de production (plus de 10 unités spécialisées) ayant une expérience confirmée de l'exportation, et d'autres unités à faible capacité en plus d'un grand nombre de femmes indépendantes.

Les différents types de tapis produits sont Al-Hambel, les tapis rbatis, berbères, Moyen Atlas et les tapis modernes alliant les caractéristiques de l'artisanat traditionnel et les exigences de la modernité. Cette activité est répandue au sein de 200 ateliers répartis à travers la ville.

Pour les métiers de couture-broderie, exercés aussi bien dans les ateliers qu'à l'intérieur des maisons, ils aident à satisfaire les besoins de toutes les classes sociales, adaptés qu'ils sont à l'évolution sociale et économique du pays (le kaftan dans tous ses aspects, djellaba traditionnelle).

Les métiers du tissage et tapisseries sont parmi les plus anciens de Salé, pratiquées par nombre de fils de notables de la ville. Ce créneau a connu un essor particulier à la fin des années 80, mais a sensiblement régressé ces dernières années sous l'effet de l'augmentation des charges des facteurs de production.

La poterie est le second secteur en importance après celui du tapis, tant il est considéré parmi les activités les plus anciennes de la ville. Elle a connu un essor non négligeable depuis la construction du complexe artisanal d'El Ouelja à Salé et qui englobe la majorité des unités de production dont le nombre dépasse la soixante. Ce secteur a pu grâce à la variété et la spécificité de ses produits et à l'harmonie des couleurs et des décorations utilisées, attirer un nombre important de touristes.

S'y ajoutent les arts de l'architecture traditionnelle, en particulier les métiers du zellige, du plâtre, du marbre et de la ferronnerie traditionnelle, dont l'activité n'est plus limitée au marché intérieur mais s'est répandue pour conquérir les marchés extérieurs, en premier lieu les pays arabes du Golfe.

MAP

Maghrebemergent.info


Publié le 30 juillet 2012.

Mis en ligne le 30 juillet 2012.