Savoir-vivre en entreprise : Avis de Samira Raïssouni Coach professionnel.

Le savoir-vivre peut faire toute la différence.

«Lorsque l’on respecte les autres, ils nous le renvoient» . Coach professionnel certifiée par l’ICF, Samira Raïssouni résume dans cette phrase tout l’intérêt de la courtoisie. Certes, il est difficile d’avoir des affinités avec tous les collègues ou collaborateurs, mais le minimum est d’adopter un comportement de nature à ne pas susciter des tensions. Dans cette interview, Mme Raïssouni résume ce que l’on peut appeler le minimum et souligne tous les coûts cachés que peut générer des entorses aux règles de vie.

Comment pourrait-on définir le savoir-vivre en entreprise ?

Le savoir-vivre en entreprise fait partie intégrante du savoir-vivre, en général, et du savoir-être. C’est un ensemble de codes de bonne conduite permettant à l’individu de se comporter dans le monde professionnel de manière socialement «gagnante». Ce sont des règles qui renvoient au respect de l’autre. En principe, lorsqu’on respecte les autres, ils nous le renvoient. Parmi les règles de bonne conduite, il y a des choses très simples comme, par exemple :

- dire bonjour à ses collègues, les saluer, cela permet d’entretenir une ambiance de travail ;
- ne pas parler très fort, car il est possible de converser sans crier ;
- ne pas être inutilement curieux et tenté d’écouter les conversations des autres ;
- à l’arrivée dans un nouveau poste, une salutation orale est bien suffisante. On peut l’accompagner d’une poignée de main mais sans se précipiter pour faire la bise aux nouveaux collaborateurs ;
- attendre que l’on vous propose le tutoiement avant de le faire ;
- savoir dire merci quand un collaborateur réalise un bon travail et lui renvoyer de la reconnaissance ;
- savoir donner des feed-back. En cas de feed-back négatif, il est important de commencer par préciser les bonnes actions réalisées afin d’établir une relation de confiance, et enchaîner ensuite sur l’action que vous souhaitez réaliser et les objectifs que vous voulez atteindre sans parler de la personne, et enfin terminer la conversation sur un ton positif (je compte sur vous pour ...) ;
- tenir compte du code vestimentaire de l’entreprise ;
- arriver à l’heure aux réunions de travail et, si vous devez intervenir, penser aussi à apporter les documents de préparation ...
Ce sont des règles simples, mais qui font la différence entre les personnes

Est-ce très important pour le bon fonctionnement de l’entreprise ?
Oui, le savoir-vivre est indispensable en entreprise, il est même capital. Un manager «non respectueux» de ses collaborateurs aura du mal à réaliser ses objectifs, puisque la légitimité ne lui est pas reconnue par ses salariés.
Autrement dit, il va dépenser beaucoup d’énergie pour que le travail soit réalisé, et quand bien même les salariés vont réaliser ce qui leur a été demandé, ils ne vont pas donner du sens à leur travail, et être dans le collectivement gagnant. D’où la déperdition d’énergie, le turn-over, la non capitalisation sur les actions, la non confiance dans l’organisation ...

Qu’est-ce qui est permis et qu’est-ce qui ne l’est pas ?
Pour ce qui n’est pas permis, je citerais par exemple le harcèlement, le management par les commérages ainsi que les feedback négatifs sur la personne et non le travail.
En revanche, ce qui est permis et même recommandé, ce sont toutes les règles de bonne conduite habituelles tout en s’adaptant bien sûr à la culture de l’entreprise. Le savoir vivre permet de fluidifier les relations entre les collaborateurs, d’instaurer un bon climat de travail ainsi que l’épanouissement de tout un chacun en milieu professionnel.

Ce sont des attitudes que l’on peut apprendre ?
Absolument. A l’étranger, il existe des ateliers du savoir-vivre, et même des écoles du savoir-vivre.
On peut animer des ateliers et des séances de coaching sur le savoir-être ou des thèmes connexes comme savoir converser, savoir déjouer les pièges du pouvoir, savoir renoncer au tics de langage, le bien parlé, savoir recevoir en affaires, savoir accueillir au bureau, savoir développer l’autonomie, savoir accompagner une prise de poste....

Brahim Habriche.

Lavieeco.com

Mis en ligne le 21 janvier 2013.