Oser dire non... et se faire entendre

Il n'est pas toujours évident pour un collaborateur de tenir tête à sa direction et d'oser manifester son désaccord avec elle. Par manque d'assurance, par crainte des représailles ou par respect pour la hiérarchie, certains s'abstiennent de toute contestation.

Or, il n'y a rien de mal à ne pas être en accord avec les décisions de sa hiérarchie. Au contraire, marquer sa désapprobation est du reste même vital pour s'épanouir dans son travail. Alors comment vous y prendre pour contredire votre n+1 sans vous attirer les foudres de guerre, ni le vexer ? Ci-dessous quelques conseils...

N'ayez pas peur de critiquer

Il y a encore une vingtaine d'années, il était inconcevable, dans une entreprise traditionnelle, qu'un collaborateur, quel qu'il soit, puisse critiquer sa hiérarchie et affirmer son opinion ouvertement. Fort heureusement, les temps ont changé et oser même dire «je ne suis pas d’accord» à sa direction semble même être devenu, aujourd'hui, une qualité professionnelle.
Ce sont les remontées qui permettent aux équipes d'avancer et au chef d'entreprise de recadrer les choses. Alors, ne gardez pas vos remarques pour vous. Qu'elles soient entendues ou pas, tout le monde en profitera !

Préparez bien votre intervention

En vous opposant à votre hiérarchie, vous prenez un risque plus ou moins mesuré selon les cas que celle-ci réceptionne mal votre initiative. Il est donc conseillé de bien préparer votre intervention et d'arriver devant votre chef avec une objection claire et des arguments solides.
Cela vous évitera de prendre des décisions sur le coup de la colère et d'être sûr de vous au moment de vous engager dans la discussion. Ainsi vous serez d'autant plus crédible face à votre hiérarchie et en mesure d'exiger d'elle qu'elle vous écoute.

Proposez des solutions alternatives

Pour que votre critique soit recevable, vous devez arriver devant votre patron avec une contre-proposition clé-en-main. En exprimant votre opposition tout en lui apportant une solution alternative et argumentée peut-être même plus efficace, votre chef sera d'autant plus enclin à vous écouter et à s'interroger.
De plus, cette capacité à fournir des suggestions solides et à formuler des propositions d'amélioration constitue une preuve de maturité et de sérieux qui ne peut être qu'appréciée par votre hiérarchie. Ainsi vous vous distinguerez des autres...

Soyez mesuré dans vos critiques

Pour oser critiquer son patron et affirmer son désaccord, mieux vaut être bien vu par lui. Pour cela, entretenez une relation de confiance avec lui et ne soyez pas systématiquement sur la défensive.
Être constamment en opposition avec lui peut au contraire vous faire perdre votre légitimité même si votre critique est justifiée. Comme vous lui montrerez votre désapprobation, sachez également lui montrer votre accord quand il faut. Il n'en prendra que davantage en compte vos critiques. Sans pour autant jouer au lèche-botte, sachez vous montrer juste dans vos remarques.

Restez discret

L'erreur à ne jamais faire est de remettre en cause les décisions de votre chef en public. Même si vous êtes en désaccord avec une décision prise concernant vos équipes, évitez surtout d'en faire part à votre chef devant celles-ci.
Si ces décisions sont exprimées lors d'une réunion, rongez votre frein et attendez d'être en tête à tête avec lui pour exprimer votre désaccord surtout si vos remarques portent sur les compétences d’une ou plusieurs personnes de vos équipes. Dans la mesure du possible, préférez les discussions en tête à tête, plus simples et souvent plus franches.

Attendez le bon moment

N'allez pas parler de la stratégie de l’entreprise et de vos désaccords avec les projets à venir si votre patron est occupé à autre chose d'autant plus important.
Pour que vos griefs soient recevables, attendez qu'il soit détendu et disponible pour être à l'écoute. Choisissez éventuellement l'heure de déjeuner, d'une pause-café, ou alors si vous souhaitez en parler dans un cadre officiel, proposez un rendez-vous dans ce sens où vous serez en tête à tête avec lui.

Exprimez vous en réunion

Les réunions de projets sont le moment à ne pas rater si l'on veut faire part de ses objections sur la nouvelle stratégie ou vision de l’entreprise car une fois la décision actée, vous ne pourrez plus revenir dessus.
Même si vous vous retrouvez plus exposé devant vos collègues que dans le bureau de votre chef, cette configuration peut aussi vous permettre d'obtenir le soutien de l'équipe et de donner ainsi plus de poids à vos propos.


Soyez légitime


N'allez pas non plus remettre en cause une décision si vous n'êtes pas totalement compétent sur le sujet. Il peut être dangereux de se lancer dans la contradiction avec son supérieur sur un terrain que l'on ne maîtrise pas.
En fonction de nos compétences, de nos connaissances et de notre expérience, le poids des idées que l'on formule et de nos remarques varie. Si vous êtes en désaccord avec votre direction sur un sujet que vous ne maîtrisez pas très bien, sollicitez plutôt un collègue plus légitime que vous sur ce sujet pour relayer vos points de vue.

Acceptez le choix de la décision

N'oubliez pas que c'est votre patron qui a le dernier mot. S'il campe sur ses positions, vous devez jouer le jeu et accepter la défaite. Le risque en osant montrer son désaccord c'est qu'il écoute mais ne change pas d'avis et cela vous devez vous y attendre et le respecter.
Ce qui veut dire que vous devrez appliquer la décision qui a été prise sans rechigner. Si vous exigez de votre patron qu'il vous écoute, vous ne pouvez pas lui imposer de partager votre point de vue.

Philippe Montant
Directeur Général de ReKrute