Les 5 erreurs que les recruteurs ne pardonnent pas.

En entretien professionnel, il y a les erreurs communes, banales, que l’on dirait « acceptables » et celles qui ne passent pas, qui ne passeront jamais.

En voici quelques-unes :

1. Etre trop sophistiqué.
S’il est vrai qu’un entretien de recrutement est une forme professionnelle de séduction, il n’en demeure pas moins que vous n’allez pas au bal. Evitez donc absolument les tenues vestimentaires décalées ou trop visibles, qui font oublier le reste. Evitez également les maquillages excessifs et les débordements odorants (déodorants et parfums capiteux, lourds et ennuyeux). Il est parfaitement inutile de déranger votre interlocuteur avec une senteur qui évoque des souvenirs (sait-on jamais ?), voire qui le gêne physiquement.

2. Ne pas parler.
Vous êtes là pour communiquer. Communiquer des informations, en glaner d’autres, par le biais de la « communication ». Parlez donc. Il est de mauvais goût de répondre succinctement, brutalement, en un mot décisif et suffisant. Vous devez développer votre propos, argumenter, délayer et tenir compte avec courtoisie de l’ignorance ainsi que de la curiosité légitime de votre interlocuteur. Sachez qu’un candidat qui est avare de propos, se tait et/ou ne fournit pas suffisamment d’informations est systématiquement refusé au poste. Apprenez à parler de vous, avec naturel, et à vous intéresser à l’Entreprise pour laquelle vous postulez.

3. Parler trop et ne pas assez écouter.

« Communiquer » ne signifie nullement noyer son interlocuteur sous un flot inépuisable de paroles, verbiages inutiles et sons divers et variés, entre le désagréable et l’insupportable ! Il ne s’agit nullement de monologuer, de raconter votre vie par le menu, sur un ton monotone et monocorde, ou de détailler vos expériences professionnelles, en les découpant en rondelles intellectuelles, alors que l’on ne vous a rien demandé ! A part ennuyer, lasser, voire carrément agacer le recruteur, vous n’avez rien à y gagner. On vous pensera tout juste incapable de faire une synthèse ou d’être intéressant, captivant oralement. Au suivant !
Vous devez, en effet, être en mesure d’adapter votre discours aux attentes de votre interlocuteur en écoutant la question, en la comprenant, en ne craignant pas de demander des précisions lorsque vous ne l’avez pas comprise ou délimitée. N’hésitez jamais à demander à votre interlocuteur de reformuler sa question. Cela prouvera uniquement que vous êtes attentif à ce que l’on attend de vous, que vous avez à cœur de répondre à une demande précise. Et n’est-ce pas là le propre d’un bon salarié …. ?

4. Ne pas utiliser un langage correct.
Respecter son interlocuteur, c’est le regarder bien en face, sans fuir son regard et lui parler en maniant un vocabulaire pour le minimum correct. Bannissez absolument les expressions familières, les mots grossiers ou trop à la mode ainsi que le verlan. Demeurez naturellement dans un registre quotidien, sinon châtié. Vous n’êtes pas avec un ami et vous êtes là afin de prouver que vous êtes capable de tenir une heure à employer un langage d’adulte responsable. Il en va de même pour les « heu » appuyés à la fin de chaque phrase ou les « quoi » et les « hein » légers et badins, qui ponctuent les phrases de nombreux jeunes.

5. Mentir.
Tous les recruteurs vous le diront : on ne pardonne pas un mensonge, même le plus petit. La découverte d’un leurre crée immédiatement une perte d’intérêt en provoquant une perte de confiance, valeur estimable et primordiale en entreprise. Ne prenez pas donc jamais ce risque qui vous barrerait radicalement le chemin vers ce poste-ci, mais aussi vers d’autres, dans cette même entreprise.
Sans compter qu’une réputation est rapidement établie dans certaines villes …


L’Equipe de ReKrute.com