4 comportements verbaux (et non-verbaux) à éviter en entretien d’embauche

rekrute.com_6_comportements_verbaux_et_non_verbaux_à_éviter_en_entretien_d_embauche

 

Certes, il n’existe pas de recette toute faite pour réussir un entretien. Mais il existe bien, en revanche, des attitudes à proscrire, parce que parfaitement rédhibitoires.

En voici quelques-unes d’incontournables, parmi les classiques.

1. Sachez écouter 

La majorité des candidats s’imaginent qu’un entretien est le lieu de la parole monologuée, ce moment où, comme à un procès de justice, on est écouté, entendu et jugé. C’est, ici, une grossière erreur, source d’échecs.
L’entretien d’embauche est cette rencontre, entre un recruteur et un candidat, qui va permettre le dialogue et l’échange, qui va créer un pont entre l’offre et la demande, entre celui qui émet un appel et celui qui va savoir y répondre.
Sachez, donc, bien écouter la question, la comprendre, la cerner, la délimiter avant de vous lancer dans votre argumentaire. Adaptez votre discours aux attentes de votre potentiel N+1 sans vous égarer verbalement. Ne perdez, à aucun moment, de vue le point précis à mettre en exergue. Il ne s’agit pas de vous disperser dans un discours solitaire ayant votre carrière et vos besoins pour sujets.
N’hésitez donc jamais, si le point à aborder n’est pas clair, à demander à votre interlocuteur de bien reformuler sa question. Cela ne prouve rien d’autre que votre volonté de bien faire et sera bien reçu, soyez-en convaincu.


2. Sachez communiquer

A l’inverse, vous n’êtes pas venu à ce rendez-vous pour prendre un cours ni écouter une leçon. Parlez. Exprimez-vous. Présentez-vous, proposez vos compétences, vos talents et celui ou ceux qui apporteront ce petit plus décisif à l’Entreprise.
Le silence et l’apathie seront parfaitement éliminatoires. On vous pose des questions afin que vous ayez l’opportunité d’engager un dialogue, un échange, un partage d’expériences professionnelles, réadaptables dans l’avenir,dans un cadre autre. Ne laissez pas passer votre chance. Osez dire.
De la même manière, à la fin de l’entretien, si l’on vous propose de poser des questions à votre tour, posez-les ! Ne demeurez surtout pas coi, à regarder la fenêtre ou les placards. Pensez bien, en amont, à préparer ce moment et les questions professionnelles les plus judicieuses.


3. Sachez ne pas trop parler

Oui, il s’agit de trouver le bon dosage, l’équilibre. Balancez entre l’écoute et la parole, entre la compréhension et la réaction. Monologuer pendant quinze minutes n’est pas encourageant. Cela signifie, au contraire, que vous n’êtes pas suffisamment synthétique et efficace, que vous vous perdez en détails. Sachez prendre la parole, sachez la rendre aussi. Encore une fois, n’oubliez pas un instant que vous êtes sur le lieu d’un échange, non d’un examen, d’un interrogatoire ou sur le divan d’un psychologue !
Entraînez-vous, chez vous, à demeurer concentré et à ne répondre qu’à la question posée, en deux ou trois minutes maximum.


4. Sachez employer le registre de langue adapté

Oui, vous êtes en train de parler, d’échanger et de partager des expériences professionnelles mais non, vous n’êtes pas avec un camarade. Sachez vous montrer détendu et « relax » sans employer de mots par trop familiers. N’utilisez ni mots grossiers, ni argot, ni verlan, ni expressions à la mode. Cela serait compris comme un manque criant de respect et de contrôle de vous-même.
Les petites interjections dénuées de sens telles que « quoi », à la fin des phrases, agacent rapidement et on vous reconduirait à la porte accompagné d’un refus définitif.
Soyez vous-même mais soyez votre meilleure version. 


L'Equipe de ReKrute.com