La technologie « portable » au travail?

Selon un sondage, 63 % des chefs des technologies de l’information estiment que les appareils informatiques portables, comme les montres et les lunettes, deviendront des outils de travail du quotidien. Si les Apple Watch et Google Glass de ce monde ne sont pas encore répandus dans les bureaux, ces ordinateurs qu’on porte pourraient nous rendre encore plus connectés à notre travail.

Les technologies portables comme les montres ou les lunettes intelligentes sont encore loin d’avoir atteint leur plein potentiel, notamment au Québec. Seulement 1 adulte québécois sur 20 prévoit par exemple acquérir une montre intelligente au cours de la prochaine année, selon le Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations (CEFRIO).

Les possibilités sont cependant multiples. Les premières utilisations seront sans doute proches de celles des téléphones intelligents. MobileIron a réalisé un sondage auprès de professionnels utilisant déjà des technologies mobiles au travail : 42 % d’entre eux possèdent ou prévoient s’équiper d’un appareil portable. De ce nombre, 58 % pensent utiliser ces appareils pour des appels téléphoniques, 56 % prévoient s’en servir pour consulter leurs courriels et 44 % pour recevoir des alertes comme des rappels de réunion.

Un autre sondage de Salesforce Research révèle que 62 % des entreprises sondées utilisent ou prévoient adopter les montres intelligentes d’ici les deux prochaines années. Un tiers de ces entreprises estiment que le principal frein reste cependant le manque d’applications dédiées aux entreprises et aux milieux de travail.

Certaines existent cependant déjà, et de nombreux développeurs tentent de profiter de la manne à venir. Certaines applications permettent par exemple d’offrir de l’assistance technique aux employés d’une usine, alors qu’une autre aide les travailleurs d’un entrepôt à se retrouver dans l’inventaire. L’entreprise Virgin Atlantic a de son côté décidé d’équiper certains de ses agents d’embarquement à l’aéroport Heathrow de Londres de lunettes Google Glass. Les employés ont ainsi accès à toutes les informations relatives aux passagers comme les retards de vol ou les prévisions météo.

Un risque pour la vie privée?
Les accessoires intelligents risquent de réduire encore davantage la frontière entre vie professionnelle et vie privée. Les courriels ou la messagerie interne de l’entreprise seront encore plus accessibles qu’ils ne le sont présentement. Une des avenues envisagées par certaines entreprises est de compiler les données biométriques des employés qu’enregistrent les montres intelligentes. Ces données pourraient dans certains cas être utilisées pour réduire les primes d’assurances de l’entreprise si celle-ci offre une assurance vie ou une assurance maladie à ses employés.

Implanter de la bonne façon
Les lunettes et les montres de l’ère numérique ne devraient cependant pas être implantées n’importe comment. « Il faut d’abord se demander si ça va vraiment accroître la productivité de l’entreprise », conseille la directrice de division chez Robert Half Technology, Héloïse St-Pierre. On doit également s’assurer que ces nouvelles technologies ne créent pas un risque pour la confidentialité des données de la compagnie. Enfin, il est important que les employés reçoivent une formation adéquate pour que l’introduction de nouveaux appareils en vaille la peine.

Workopolis.com

Mis en ligne le 08 juin 2015.