Présenter son « bon défaut » en entretien

ReKrute.com_presenter_son_bon_defaut_en_entretien

 

Durant le fameux entretien d’embauche, tant attendu, tant espéré, il arrive cet instant de vérité où, au-delà de la volonté de se présenter dans sa plus grande perfection, il s’agit d'être intelligent et honnête en même temps. Le but n'est pas d’étaler ses faiblesses mais de faire une juste balance de vos atouts nombreux et de vos quelques petites faiblesses, bien normales, voire parfois très utiles.

« Quel est, quels sont vos défauts … ? ». A la question qui tue, sachez donner la bonne réponse !

1- Demeurer crédible

Inutile de vous battre pour prouver que vous êtes infaillible, personne ne croira que vous êtes Batman. Et d’ailleurs, aucun recruteur ne recherche de surhomme. Soyez donc vous-même, au mieux de ce que vous êtes,la meilleure version de vous-même. Mais soyez honnête sans être en état de culpabilité, dites ce que vous pensez de vous, avec justesse et justice, sans flagornerie, sans excès de modestie, dites ce qu’il en est de votre manière de fonctionner. Nous le répétons, il ne s’agit nullement, ici, de faire votre mea culpa; plutôt de ne pas nier vos faiblesses évidentes et que la majorité des salariés affrontent en entreprise.

Sachez que, pour le recruteur, ne pas dévoiler de « défauts » en est justement un, dans la mesure où cela ne peut que démontrer un manque de préparation pour l’entrevue et une flagrante lacune dans votre connaissance de vous-même !

2- Analyser l’offre d’emploi

Prenez le temps de lire et de bien relire les détails de l’offre d’emploi et faites mentalement un bilan forces/ faiblesses et, -bien évidemment-, les besoins de l’employeur.

Les qualités indispensables au poste que vous briguez vous donneront, sans nul doute, des pistes intéressantes quant au(x) défaut(s) que vous allez pouvoir révéler au moment de la question délicate, et ceux à garder pour vous, pour ne pas perdre en valeur professionnelle. Se dévaloriser n'a jamais été recommandé. 

3- Donner des exemples

Dès lors que vous êtes décidé, que vous savez précisément quelle est la ou les faiblesses que vous allez mettre en avant face au recruteur, nous vous conseillons grandement de fournir des exemples bien concrets, liés à votre vie professionnelle.

Tout la différence, tout ce qui va plaire ou pas, réside dans la manière que vous aurez de présenter ce ou ces petits défauts.

Ainsi, il est plus judicieux de donner une explication claire, détaillée et concise afin d’éviter absolument que le recruteur n’imagine le pire et ne limite ce que vous avez à proposer à cette piètre et négative idée.

Idéalement, choisissez une imperfection mineure et aisée à corriger, quelque trait que vous possédez, en effet mais sui s'avère être un faux défaut, à savoir un défaut qui n'en est pas réellement, peu profond, et presque positif.

Présentez les actions que vous avez menées pour vous améliorer et trouver une solution.

Exemple : « Je ne gère pas bien mon temps lorsque j’anime une réunion et il m’arrive de déborder sur l’horaire prévu. J’ai donc pris l’habitude de fonctionner avec un gros réveil qui m’oblige à demeurer plus près de mon timing. Il me semble que j’ai fait des progrès, cette année. »

Nombre de recruteurs avouent que cette question fatale, que les candidats détestent est avant tout un moyen intéressant d’ouvrir la discussion, d’échanger avec le candidat, même si la réponse a un réel impact sur l’analyse de la personnalité et donne la possibilité de savoir si un travail d’équipe est envisageable.


L'Equipe ReKrute