L’art des confrontations coopératives.

Vous êtes confrontés chaque jour à des situations tendues, d’autres points de vue que les vôtres, des intérêts contradictoires et parfois à des tentatives de déstabilisation, voire des attaques personnelles. Si, de surcroit, vous exercez vos rôles de manager dans des organisations matricielles par projets, vous régulez en permanence les enjeux de projets transversaux et les enjeux de la hiérarchie. Nommons cette régulation permanente : démarche négociatrice au quotidien. Pour y exceller, il convient de savoir faire des confrontations coopératives; en d’autres termes vous affirmer personnellement sans pour autant dévaloriser vos interlocuteurs.

Ce billet inaugure une série d’articles sur la démarche négociatrice au quotidien pour aborder les situations tendues avec confort et efficience. Commençons par la méthode « je »

Imaginez qu’un collègue vous dise : » tu es incompréhensible ! » , vous auriez probablement envie de vous justifiez ou de contre attaquer. Avec cette formulation, il vous collerait une étiquette psychologique désobligeante et absolue . En revanche, s’il disait : » je n’ai pas compris ce que tu viens de me dire », vous auriez probablement envie de lui demander quels sont les points à préciser dans vos propos pour qu’il comprenne. Vous même, pourriez être tenté en tant que manager d’assener à l’un de vos équipiers : « vous êtes stupide ! » ou » vous êtes exaspérant ! » lorsqu’il ne comprends pas une nouvelle procédure. Vous pourriez être encore plus offensif en rajoutant : » vous êtes de mauvaise foi ! » Vous n’auriez peut être pas l’intention de l’humilier, simplement de le stimuler; mais vous rateriez à coup sûr votre but. Dites lui plutôt : » je vois que j’ai du mal à me faire comprendre, quelles questions avez vous envie de me poser ? » . Les jugements de valeurs sont offensants et humiliants et génèrent rancœur, désir de vengeance, agressivité ou gestes désespérés. Est ce à dire qu’il ne faut rien dire? Non, exprimez votre avis, votre opinion ou votre émotion en employant le je : je suis inquiet, je ne suis pas d’accord, je suis énervé…vous donnez ainsi des informations relatives à vous sans en faire une généralité non négociable. La méthode » je « permet d’affirmer nos avis tout en respectant l’ intégrité des autres . Elle se distingue de la méthode « tu » ou » vous ». Nos mères nous avaient déjà appris cette nuance lorsqu’elles nous incitaient à dire : » je n’aime pas cette soupe » au lieu de » cette soupe est mauvaise ».


Jean-Louis Muller.

Bogs.lentreprise.com

Publié le 19 novembre 2014.

Mis en ligne le 21 novembre 2014.